Pour sa première séance d’ostéopathie, Léonard est venu en totale quiétude avec sa maman pour vérifier la fluidité de tout son corps. Il a subit de lourdes contraintes d’une ventouse lors de sa naissance, après avoir patienté de nombreuses heures la tête coincé et le cordon enroulé autour de l’épaule.

Elodie Ortuno, ostéopathe chez Cab Santé, spécialisée dans la prise en charge des femmes enceintes et des nouveaux-nés, a été filmée pendant la séance et nous remercions les parents pour leur partage d’expérience.

Dans quelles circonstances est il intéressant d’emmener son bébé chez un osteopathe? L’ostéopathie pédiatrique est elle une discipline conseillée dans le parcours de soin de l’enfant ? Comment choisir un osteopathe compétant dans le domaine ? Autant de questions que se posent les parents à l’arrivée d’un enfant.

Dans quelles circonstances est il intéressant d’emmener son bébé chez un osteopathe?

La venue au monde d’un nourrisson est une grande aventure. Tout d’abord, le petit bout d’Homme en création va devoir s’adapter dans un environnement parfois contraignant. En effet, le corps de la femme enceinte n’est pas toujours absolument idéale : scoliose , bassin asymétrique, utérus contracté , mode de vie de la maman inadapté, sont autant d’élément déterminant dans sa construction. Le bébé , appelé alors « fœtus » va devoir trouver des schémas d’adaptation très ingénieux, non sans conséquences sur avenir.

Le corps mémorise tout au long de la vie les situations vécues et selon le contexte, les adaptations disparaîtrons, ou se multiplieront.

Lors de la naissance, le nourrisson va devoir, dans un temps record, suivre un chemin périlleux : alors que utérus se contracte à une cadence effrénée, il va devoir se contorsionner pour traverser des barrages musculaires ligamentaires et osseux. A cela s’ajoute parfois un rythme accéléré par les hormones nécessaires à la facilitation de l’accouchement, des produits anesthésiants la maman pour diminuer les douleurs et empêchant cette dernière de se mouvoir pour l’aider à descendre, des instruments types forceps-ventouses pour aider le bébé à venir au monde. Tous ces éléments font partie de l’histoire du nourrisson et conditionnent les empreintes marquées dans son corps, ainsi que son développement dans son environnement futur.

Plus il aura de mobilité, plus il pourra appréhender son environnement pour développer sa psychomotricité.

L’ostéopathe, de part sa connaissance du corps humain et de l’anatomie palpatoire, va pouvoir détecter très rapidement à l’observation, aux tests manuels et avec son attention, les zones de contraintes potentielles.

Les blocages dans une région de son corps peuvent entraver les flux nerveux et vasculaires, et de ce fait impacter les organes en rapports physiologiques. Par exemple, un blocage au niveau du dos peut impacter les organes digestifs puisque les nerfs transitent à ce niveau de la colonne vertébrale.

L’ostéopathie pédiatrique est elle conseillée dans le parcours de soin du nourrisson ?

L’ostéopathie fait aujourd’hui partie intégrante du parcours périnatal. Un bilan post natal va permettre de prévenir les évolutions pathologiques potentielles. Même si le bébé se porte bien, l’ostéopathe va souvent déceler des pertes de mobilité déterminant ses futurs besoin d’adaptation pour faire face a son environnement. Les cliniques, les hôpitaux, et les cabinets privés de santé proposent aujourd’hui cet accompagnement. Par exemple, s’il ne parvient pas à tourner les cervicales d’un côté, il va peut être quelques mois plus tard utiliser les dorsales pour compenser cela. A terme, les muscles dorsaux vont travailler dans un schéma peu économique et asymétrique. Les muscles des yeux pourront aussi compenser cette perte de périmètre de mobilité. Et les symptômes apparaîtront quelques mois ou années plus tard. De plus, les os très mous vont parfois se déformer pour laisser apparaître des zones plus ou moins plates. A cela s’ajouteront les habitudes de couchage, de portage, et de modes de vie éducatifs choisis par les parents qui aurons un impact sur l’organisme du nouveau né. L’environnement constitue la base du développement. L’ostéopathe pourra alors analyser avec les parents les modifications pertinentes à effectuer.

Heureusement, le corps est plein de ressources et la plus part des blocages disparaîtront assez rapidement

L’ostéopathie est avant tout préventive, dans ce sens que si les organes sont correctement efficaces, les symptômes n’ont pas lieu d’apparaître.

Un nourrisson peut idéalement consulter dès les premiers jours de sa vie, plus le temps passe, plus les adaptations s’installent, et les os se densifient.

Comment choisir son ostéopathe?

A l’heure d’aujourd’hui, tout osteopathe exerçant à ce titre est censé répondre à des critères de formation adaptée à la prise en charge de la personne. Toutefois, la périnatalité constitue un univers bien particulier, et cela nécessite que l’ostéopathe en connaisse les reliefs (habitudes nutritionnelles, positions in utero, conséquences des contraintes de la naissance, environnement du post partiel, relation pour apaiser le bébé et rassurer les parents pendant la consultation). Des formations post graduate permettent à ces ostéopathes de se spécialiser dans le domaine. La pratique et les synergies pluridisciplinaires sont aussi des éléments déterminants. Un osteopathe spécialisé doit connaître les bénéfices des autres thérapies du domaines pour pouvoir réorienter correctement son petit patient en cas de besoin. Les parents peuvent demander à des thérapeutes de confiances s’ils connaissent des ostéopathes qualifiés. Les associations d’ostéopathes peuvent aussi les renseigner.

Avant six mois, vous pouvez demander au pédiatre qui suit votre enfant une attestation de non contre-indication à l’ostéopathie.

Les vidéos suivantes illustrent les techniques utilisées pour les nourrissons pour libérer sont corps.